LDH Alès
Accueil du site > Communiqués > Enfin, après 6 ans, un procès pour les gazés du petit train d’Anduze (...)

Enfin, après 6 ans, un procès pour les gazés du petit train d’Anduze ?

jeudi 12 janvier 2017, par LDH-Ales

Communiqué soutenu par la section LDH d’Alès.

Collectif des victimes de la manifestation du 21 janvier 2011 en gare d’Anduze

COMMUNIQUE DE PRESSE

Enfin, après 6 ans, un procès pour les gazés du petit train d’Anduze ?

Les faits Le 21 janvier 2011, en gare d’Anduze plus de 350 personnes, manifestaient pacifiquement pour soutenir la communauté de communes autour d’Anduze, contre le projet de fusion avec la communauté d’agglomération Alès en Cévennes, en retardant le départ du « petit train », qui emmenait des élus dont Mr Roustan, député-maire d’Alès et président de l’agglomération, Mr Iglésias maire d’Anduze et Mr le Sous-Préfet, d’Alès. Sont présents des élus et des particuliers de tous âges, dont des enfants dans une ambiance de kermesse. Quelques minutes après, les manifestants subissent un déchainement de violence sans aucune sommation de la part des forces de l’ordre : jets de gaz lacrymogène à très faible distance, y compris en pleine face, coups de poing contre un manifestant. https://www.youtube.com/watch?v=V_nSFVvrmck

La procédure Pour rappel, 15 personnes ont porté plainte, 31 personnes sont considérées comme parties civiles potentielles. Le commandant Warrion, à la tête du peloton de gendarmerie sur place, est cité à compraraître devant le tribunal correctionnel d’Alès le 8 avril 2011…. tribunal qui se déclare incompétent au profit du Tribunal de Grande Instance de Nîmes. L’instruction est menée conjointement par le tribunal et l’inspection de la gendarmerie. Décembre 2012, la procédure d’information est terminée. Juillet 2014, renvoi de Mr Frédéric Warion, devant le tribunal correctionnel de Nîmes pour y être jugé. De son côté, le défenseur des droits estime la plainte recevable et justifiée. Janvier 2015, Le Tribunal de Grande Instance de Nîmes, se dessaisit du dossier, en raison de la suppression de la compétence militaire du TGI de Nîmes, au profit du TGI de Marseille.

Le commandant Frédéric Warrion, est prévenu d’avoir volontairement commis des actes de violence, en l’espèce, projection de gaz lacrymogène et coups de poing, lesdites violences n’ayant pas entrainé d’incapacité totale de travail supérieur à 8 jours, avec cette circonstance que ces violences ont été commises par personne dépositaire de l’autorité publique et avec arme, en l’espèce, un diffuseur lacrymogène.

6 ans plus tard, Justice sera-t-elle enfin rendue ?

Procès le 16 janvier 2017 à 14h, au tribunal correctionnel militaire de Marseille, 8A chambre correctionnelle militaire, 6 rue Emile Pollak, Marseille 6ème.

Médias ayant fait écho du gazage : VSD, Le Canard Enchainé, Midi Libre TF1, A2, FR3, Le monde.fr, Médiapart,

Webmestre : Benjamin Deceuninck | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0