LDH Alès
Accueil du site > Infos Locales > Grêve au lycée Jean Baptiste Dumas

Grêve au lycée Jean Baptiste Dumas

lundi 27 septembre 2010, par LDH-Ales

Les lycéens du lycée JBD sont en grève ce lundi 27 septembre, ils protestent entre autre contre la réforme des retraites, l’absence de professeurs.

article du Midi Libre 28 septembre 2010

"Dès 6 heures du matin, des lycéens de Jean-Baptiste-Dumas se sont affairés à bloquer l’accès à leur établissement, avec les moyens du bord : containers, palettes, vieux casier et… siège auto. « Vendredi, nous nous sommes concertés pour décider ou non d’un blocus. En réaction au non- remplacement de certains professeurs, à la surcharge des salles, au manque de matériel et au risque de fermeture du snack, nous avons décidé de mener cette opération ponctuelle et coup de poing », explique Marine, élève de terminale et membre de la délégation de lycéens qui mène le mouvement. Une mobilisation qui est en fait « un ras-le-bol global », réforme du lycée, réforme des retraites et interpellation de leur camarade lors de la manifestation de jeudi (voir notre édition du 24 septembre) étant également inscrits sur la liste des revendications."

communiqué de la FSU suite à L’arrestation d’un lycéen de 14 ans le 23 septembre 2010 :

Fédération Syndicale Unitaire
26b rue Bec de Lièvre, 30900 Nîmes
Mobile : 06.76.46.85.49

COMMUNIQUÉ DE LA FSU DU GARD Jeudi 23 septembre, 10h00 devant le lycée JB DUMAS à Alès, il faisait beau ! Nous étions 8500 à manifester salariés du public et du privé retraités, jeunes lycéens, tous ensemble pour combattre cette réforme des retraites et en exiger le retrait.
Le très long cortège était animé, slogans, musique, chansons et surtout une motivation très importante. Arrivées devant la sous-préfecture, les organisations syndicales s’apprêtaient à être reçues quand soudain devant le poids des manifestants la grille de la sous-préfecture a cédé ! Un enfant de 14 ans en première au lycée a alors été arrêté. Pourquoi lui ? Que lui reproche-t-on ?
D’avoir été en première ligne comme un grand nombre de jeunes ? D’être un peu plus grand que ces camarades ? D’être d’origine camerounaise ? Lors de son interpellation qui a duré plus d’une heure, ses empreintes ADN ont été prises sans le consentement de ses parents. Un grand nombre de manifestants se sont regroupés devant le commissariat pour exiger sa libération. En guise de discussion, ils ont reçu du gaz lacrymogène en pleine figure. De plus, la famille a été convoquée de nouveau l’après-midi à 16 heures. On reprocherait au jeune d’avoir « dégradé » un bâtiment public (tags sur la préfecture). Après vérification à 16 heures par la ligue des droits de l’homme, il n’ya avait plus d’inscription sur le mur de la sous-préfecture !
LA FSU du Gard s’inquiète de la montée en puissance de la politique sécuritaire qui conduit à des interpellations injustes, particulièrement éprouvantes pour ceux qui la subissent (notamment, dans ce cas, un enfant de 14 ans). Elle condamne fermement la prise d’empreinte ADN sur des mineurs sans autorisation des parents. Elle appelle les jeunes à être très vigilants, et à ne pas céder aux provocations lors des prochains rassemblements et manifestations : la violence d’où qu’elle vienne n’est jamais la bonne solution y compris et surtout en ces temps de tensions intenses ; c’est la ferme conviction de la FSU.
Nîmes, le 27 septembre 2010

Webmestre : Benjamin Deceuninck | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0