HaCkeD By GaSSpEr
Accueil du site > droits fondamentaux par thème > résistance à l’oppression, insurrection

résistance à l’oppression, insurrection

mardi 26 octobre 2010, par LDH-Ales

La résistance à l’oppression, un droit naturel, inaliénable, imprescriptible et sacré de l’Homme.

La résistance à l’oppression est selon la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789, un droit naturel, inaliénable et sacré de l’Homme.

Au terme de l’article 2 de la Déclaration de 1789 : « le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’Homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l’oppression. »

toute la question est donc de savoir comment résister à l’oppression ?

"L’insurrection (sous certaines conditions) a été brièvement le plus sacré des droits mais la constitution en vigueur ne le prévoit plus "

Dans les déclarations suivantes, et notamment la déclaration « girondine » du 29 mai 1793, la possibilité de résistance à l’oppression est précisée.

En son article 29, il est écrit que « dans tout gouvernement libre, les hommes doivent avoir un moyen légal de résister à l’oppression ; et lorsque ce moyen est impuissant, l’insurrection est le plus saint des devoirs ». Cette possibilité de soulèvement est également prévue à l’article 35 de la déclaration montagnarde du 24 juin 1793 (constitution de l’an I) : "Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est pour le peuple, et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.".

D’après la lecture que l’on peut faire de ces différents textes, la résistance à l’oppression se traduit comme une opposition au gouvernement en place, qui dans ses actions ou inactions, aurait bafoué, violé, négligé les droits élémentaires et naturels du peuple, après que toutes les autres formes d’opposition légale aient été épuisées (pétition, manifestation,...). Cette notion a surtout servi à justifier tout d’abord l’opposition des conventionnels au roi puis la mise en place de nouveaux régimes, et on voit que les régimes les plus autoritaires (comme celui des Jacobins, le Premier Empire et le Second Empire) écartent cette possibilité d’insurrection.

l’insurrection n’a donc jamais vraiment été un droit

fait à partir de wikipédia.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0